Immunodéficience secondaire

Les déficits immunitaires secondaires (DIS) consistent en un groupe de maladies causées par des facteurs autres que les causes primaires/génétiques, qui soient secondaires, soient associées au vieillissement, à certaines maladies ou à certains médicaments. Il en résulte une réduction d’anticorps fonctionnels (immunoglobulines), ce qui rend les patients vulnérables aux infections. 

Secondaires :  Ces troubles se développent généralement plus tard au cours de la vie et sont souvent la conséquence de l’administration de certains médicaments ou d’une autre maladie, telle que le diabète ou une infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Ils sont plus fréquents que les déficits immunitaires primitifs. 

Ces troubles peuvent être dus à : 

  • Pathologies prolongées (chroniques) et/ou graves comme le diabète ou le cancer 
  • Médicaments 
  • Rarement, la radiothérapie 

Un déficit immunitaire peut résulter de presque toute maladie grave prolongée. Le  diabète  peut, par exemple, entraîner un déficit immunitaire, par dysfonctionnement des globules blancs consécutif aux taux élevés de sucre dans le sang. Une  infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH)  induit un syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA), qui est le déficit immunitaire acquis grave le plus fréquent. 

Plusieurs types de cancer peuvent provoquer un déficit immunitaire. Par exemple, un cancer qui touche la moelle osseuse (tel que la leucémie et le lymphome) peut empêcher la moelle osseuse de produire des globules blancs normaux (lymphocytes B et lymphocytes T), qui font partie du système immunitaire. 

La  malnutrition, qu’elle porte sur tous les nutriments ou sur un seul, peut altérer le système immunitaire. Lorsque la malnutrition fait baisser le poids à moins de 80 % du poids recommandé, le système immunitaire est souvent affecté. Une diminution à moins de 70 % entraîne habituellement une atteinte grave. 

Le déficit immunitaire secondaire survient également chez les personnes âgées et les personnes hospitalisées. 

Les immunosuppresseurs visent à supprimer intentionnellement le système immunitaire. Par exemple, certains sont administrés pour éviter le rejet d’un organe ou d’un tissu greffé ( Médicaments utilisés pour prévenir le rejet du greffon). Ils peuvent être administrés aux personnes atteintes de maladies auto-immunes pour empêcher les attaques de l’organisme contre ses propres tissus. 

Les  corticostéroïdes, un type d’immunosuppresseurs, sont administrés en vue d’éliminer l’inflammation due à divers troubles, tels que la polyarthrite rhumatoïde. Les immunosuppresseurs altèrent toutefois également la capacité de l’organisme à combattre les infections et peut-être à détruire les cellules cancéreuses. 

La chimiothérapie ainsi que la radiothérapie peuvent également supprimer le système immunitaire, induisant parfois des déficits immunitaires.
https://www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/troubles-immunitaires/d%C3%A9ficits-immunitaires/pr%C3%A9sentation-des-d%C3%A9ficits-immunitaires 

 

Symptômes et maladies reliées

Puisque que le DIS n’est pas une maladie spécifique bien définie, mais plutôt un groupe d’affections, les signes cliniques peuvent varier considérablement pour chaque maladie et chaque patient. En outre, les mécanismes moléculaires sous-jacents du DIS sont peu connus, et il existe probablement de nombreux facteurs en jeu, en fonction de la cause du déficit.8 

Parmi les facteurs (p. ex., maladies, médicaments), chacun avec son propre profil clinique, qui peuvent être associé avec le DIS on compte :7,8 

  • Les troubles lymphoprolifératifs (TLPs)
  • La leucémie lymphoïde chronique
  • Le myélome multiple
  • Les lymphomes B non hodgkiniens indolents et agressifs
  • Les TLPs post-transplantation associés au virus d’Epstein-Barr 
  • Les cytopénies auto-immunes
  • Les thérapies immunosuppressives
  • Traitement anti-CD20, exprimé par les lymphocytes B
  • Les régimes de chimio-immunothérapie (chimiothérapie)
  • Les corticostéroïdes, pour le traitement de l’asthme ou la maladie pulmonaire obstructive chronique 
  • La transplantation de moelle osseuse post-autogreffe
  • La polyarthrite rhumatoïde
  • La bronchiectasie
  • Autre

Symptômes et traitements disponibles

Selon la cause de votre déficit immunitaire, votre équipe médicale vous proposera divers traitements.

Voici une esquisse des possibilités de traitements.

Aide et soutien

Groupe de discussion Facebook : 

Le groupe de discussion PID affilié à l’APIQ Entre-nous patients atteints d’immunodéficience, est un groupe de discussion fermé pour les patients et leur famille. Il est un lieu d’échange et de partage sur le quotidien vécu par les patients vivant avec un déficit immunitaire. Le groupe de discussion est réservé aux membres de l’APIQ.  Aucun professionnel médical n’est présent sur le forum, aucun conseil médical n’y est donné.

1. Être membre de l’APIQ

2. Faire une demande d’ajout au groupe via Facebook.

 

Service de parrainage

Il peut être parfois difficile de discuter des défis causés par l’immunodéficience avec ses proches. Autant les patients que l’entourage peuvent ressentir à un moment ou à un autre, le besoin de discuter avec une personne vivant, ou ayant vécu, une situation similaire à la vôtre. L’APIQ met à la disposition de ses membres, le service de parrainage. Pour obtenir le service de parrainage, veuillez communiquer avec nous. 

 

Aide psychologique

Les patients atteints d’un déficit immunitaire et leur famille qui éprouvant des difficultés psychologiques reliées à la gestion de la maladie doivent d’abord en discuter avec leur infirmière. Certains centres hospitaliers offrent des services d’accompagnement en psychologie et en travail social. L’infirmière de votre département d’immunologie saura vous orienter dans votre démarche.

 

Aide psychosociale

Si vous ou un membre de votre famille avez besoin de soutien psychologique et qu’aucun service de soutien n’est mis en place dans votre centre hospitalier, veuillez contacter : 

Info sociale : Composer le 811 (Info-Santé) et puis le 2. 

 

Regroupement Québécois des maladies orphelines

Visitez leur site